La mention design visuel et graphique du Diplôme National d’Art (DNA) de l’ÉSAD Orléans forme à tous les aspects de la création visuelle en design graphique : expression visuelle, édition, web design, graphisme dans l’espace (tangible, virtuelle, augmentée, étendue)…

La spécificité de l’esad_orleans réside dans le fait qu’elle donne aux étudiant.e.s une formation solide ouvrant aux pratiques professionnelles tout en mettant les étudiant.e.s en relation avec l’art contemporain et d’autres mouvements artistiques et tendances en design : PréPostPrint, art médiarchéologiste, souveraineté technologique, post-média, cyberwitches…

Le spectre des enseignements est large. Elle s’appuie d’une part sur un enseignement en design graphique, édition mobile, édition documentaire, photographie, vidéo, film, animation, oeuvres mixtes, art internet, dessin, couleur, illustration, typographie, design interactif, installation, code créatif… et d’autres part sur un enseignement théorique solide : histoire de l’art et du graphisme, théorie de l’art, philosophie de l’art, théorie des média, histoire des arts et cultures numériques, enseignement de la langue anglaise…

L’ÉSAD Orléans a comme objectif de former de jeunes designeuses, designers et artistes en capacité de sonder l’époque, d’inventer des formes étonnantes comme de répondre à la commande. C’est en cela qu’une école d’art et de design se distingue des écoles de l’image, de la communication et de la publicité : elle apprend à saisir ce qui saisit la société, à se mettre à l’écoute de ses effets sociétaux, culturels et politiques, avant même que l’opinion en ait conscience, et à offrir, si besoin, une alternative critique. En ce sens, elle apprend à inventer ce que l’on appelle des nouvelles formes, à fabriquer ses propres outils de « création », y compris numériques, et à interroger ses propres méthodes de travail.

L’ÉSAD Orléans offre une véritable liberté de penser, d’être et de « créer ». Elle apprend à maîtriser toute la palette méthodologique de l’idée en art : de la logique de projet à son dépassement par la critique, à la logique du laboratoire à l’exploration des limites du discours de la science, de la logique de la création à la conscience de ce qui nous détermine. Elle apprend à articuler médium et message. Ni technophile ni technophobe, elle accueille l’époque avec l’exigence de la penser et d’en construire une meilleure.

Contact

Secrétariat pédagogique